BURUNDI

PAD est active au Burundi depuis 2010 au travers de deux programmes, sur deux communes. Ces deux programmes ont pour objectif global d'améliorer la santé communautaire et de réduire les maladies hydriques, telles que le choléra et la diarrhée, à travers l’accès à l’eau potable, l’assainissement solide et liquide et le renforcement durable des pratiques d’hygiène. 

 

En 2018, PAD fût amenée à envisager les conséquences liées aux changements climatiques sur les deux communes et la nécessité de se préparer pour en réduire l’impact sur les familles vulnérables. C’est pourquoi l’association a développé un nouveau programme ayant pour objectif d’améliorer la résilience de l’environnement et des communautés les plus exposées aux effets du changement climatique. Celui-ci a débuté en 2019.

 


Deux programmes sur deux communes

C’est dans la commune de Mutimbuzi, en province de Bujumbura rural, que le programme AAKT, Amazi Amagara Kuri Tweze (« L’eau et la santé pour tous »), a démarré en 2010.  Quatre ans plus tard, le deuxième programme ISAM, Isuku Soko ry’Amagara Meza,

(« Hygiène source de vie saine »), a vu le jour dans la commune de Gihanga, en province de Bubanza. 

 

Les besoins dans les deux zones sont criants : méconnaissance des pratiques d’hygiène de base, manque d’eau, système de gestion défaillant, maladies diarrhéiques fréquentes et épidémies de choléra cycliques… or, peu d’acteurs interviennent de façon durable dans ces communes, que ce soit dans les domaines de l’eau, de l’hygiène ou de l’assainissement. 

 

Ces deux programmes sont menés en collaboration avec l’association burundaise OPDE.

Trois niveaux d’action et approche participative

L’action se fait à trois principaux niveaux : 

- domiciliaire au sein des familles, 

- communautaire via la création et formation de comités et la réalisation d’ouvrages hydrauliques et sanitaires, 

- et enfin communal avec les autorités locales. 

 

Parallèlement, les programmes interviennent en milieu scolaire. Outre des designs d’ouvrages adaptés au milieu scolaire, les programmes ont également développé des modules d’animation/formation des professeurs pour leur permettre d’intégrer les notions d’hygiène dans leurs cours ainsi que des clubs hygiène pour les enfants.

 

L’approche utilisée par les programmes se base sur une approche participative mise au point sur le terrain pour répondre au mieux aux besoins des bénéficiaires : la méthode WAST « Waste and Sanitation transformation ». Cela se traduit notamment par la mise en place de Comités Hygiène et Assainissement (CHA).

 

Points de contact entre les communautés et le programme, ces CHA restent actifs bien après la fin des réalisations. Ils reçoivent différentes formations : leadership, maintenance des pompes, gestion d’une caisse, mise en place d’un « fond eau » pour la maintenance des pompes, etc. Ils sont ainsi capables de soutenir et dynamiser la communauté dans ses initiatives sanitaires et pérenniser les ouvrages. Le programme les soutient également dans la mise en place d’activités génératrices de revenus.

Un design de latrines original

Depuis 2012, les programmes proposent un design original et innovant de latrines Ecosan à déshydratation. Ces latrines permettent de produire d’un côté, de l’urée immédiatement utilisable comme engrais et de l’autre, du compost qui est prêt beaucoup plus rapidement que via des latrines Ecosan classique sans déshydratation. Le design original développé par PAD offre l’avantage d’être adapté aux moyens financiers des communautés et de répondre techniquement aux contraintes du sol dans cette zone afin notamment de ne pas polluer la nappe phréatique. Un design a été développé pour les familles et un autre pour le milieu scolaire.

Sur la zone d’intervention, la latrine Ecosan a fait ses preuves puisque ménages bénéficiaires se servent du compost comme engrais ou amendement sur leur parcelle maraîchère ou agricole. A Mutimbuzi, les Comités Hygiène et Assainissement (CHA) ont mis en place un réseau de valorisation du compost Ecosan et une petite entreprise de fabrication de savon qui sont toujours productifs aujourd’hui. A Gihanga, sept blocs de latrines ont été construits ou réhabilités en blocs Ecosan pour permettre à six écoles et plus de 5.000 élèves de bénéficier d’une toilette et d’un environnement sanitaire sain, dont près de 3.000 jeunes filles.

Quelques chiffres sur les programmes AAKT et ISAM

Fin 2018, le programme comptait 2.255 latrines familiales, 10 points d’eau, près de 140 professeurs et 6.700 élèves sensibilisés et formés aux bonnes pratiques en matière d’hygiène, et 9 blocs latrines construits ou réhabilités dans des écoles.

Un nouveau programme en 2019

Depuis 2019, PAD, toujours en collaboration avec l’OPDE, est active sur la zone d’intervention avec un nouveau programme, dont l’objectif est de renforcer les conditions sanitaires et environnementales de la population de Gihanga/Mutimbuzi face au changement climatique. Le projet vise spécifiquement 3.000 ménages bénéficiaires d’une latrine Ecosan sur Gihanga et Mutimbuzi.

 

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Au niveau familial, les pratiques culturales (avec utilisation des dérivés Ecosan), les pratiques de production/gestion de déchets et les pratiques nécessitant de l’énergie fossile sont adaptées et optimisées.
  • Au niveau communautaire, des activités de promotion de pratiques adaptées sont développées et gérées de façon durable et autonome.
  • Au niveau communal, les enjeux du changement climatique et les pratiques recommandées sont pris en compte dans les programmes locaux et communaux.

 


Le programme sur la commune de Mutimbuzi est réalisé avec le soutien de :


Download
Rapport_annuel_2018_PAD_Burundi.pdf
Adobe Acrobat Document 862.7 KB


Download
Rapport annuel 2017_PAD-Burundi.pdf
Adobe Acrobat Document 1.8 MB


Download
Rapport annuel 2016_PAD-Burundi compress
Adobe Acrobat Document 6.2 MB


Download
Rapport_annuel_PAD_Burundi_2015.pdf
Adobe Acrobat Document 1.5 MB


Download
Rapport annuel PAD Burundi 2014.pdf
Adobe Acrobat Document 1.4 MB


Download
Rapport_Burundi_2013.pdf
Adobe Acrobat Document 2.2 MB


Download
Rapport_Burundi_2012.pdf
Adobe Acrobat Document 295.4 KB